Bonsoir à tous ! Je souhaite que la célébration Pascale soit célébrée après à la fin de l'épidémie Coronavirus comme victoire du bien sur le mal par la Croix et limite imposée au mal par la Croix de la Résurrection du Christ ; et cela à une date ultérieure arrêtée par chaque église particulière en tant que portion de terre de l'Eglise universelle conformément au code du droit canonique.

Méditation

Bien-aimés!

Au creux de ce confinement débuté par la neuvaine et à l'approche des jours saints, l'Eglise nous met sous les yeux l'histoire d'un laissé-pour-compte, un aveugle de naissance. Quand nous considérons les interventions miraculeuses de Jésus,habituellement,ce sont les personnes concernées qui se déplacent et s'approchent de lui. Ici, exceptionnellement, Jésus voit l'aveugle, crache sur le sol et avec de la salive, fait de la boue et l'applique sur ses yeux en lui disant : Va te laver à la piscine de Siloé, qui signifie en hébreu Envoyé.

Aujourd'hui encore et actuellement nous apprenons que se laver les mains tout le temps, constitue un signe pour éviter le virus car ce signe sanitaire élimine le virus qui peut se reposer entre nos mains qui, très souvent, se ferment pour tout garder. En demandant à l'aveugle d'aller se laver à la piscine, Jésus nous fait comprendre que l'eau de la piscine de Siloé préfigure la fontaine baptismale qui nous a incorporés à lui et à son Corps,Église.

A la fin du récit, Jésus réapparaît en compagnie du miraculé et reçoit sa profession de foi .Jésus dit alors aux passants : je suis venu en ce monde pour une remise en question: pour que ceux qui ne voient pas puissent voir et que ceux qui voient deviennent aveugles( Jn 9,39). A la suite des paroles de Jésus, notre époque aussi est une remise en question de notre modernité qui se construit sans cesse sur le profit et l'orgueil ; remise en question de nos systèmes démocratiques et remise en question de nos libertés qui peuvent même porter atteinte à la vie de ceux qui respectent les lois : si nous marchons selon la voix et les désirs de la chair, nous ne verrons pas Dieu et, certainement nous aurons des problèmes même durant notre parcours sur la terre car celui qui veut sauver sa vie par orgueil la perdra.

En ce 4è dimanche de carême nous pouvons comprendre qu'avec l'aveugle-né, Jésus se definit comme un miroir qui n'a rien à avoir avec le miroir humain toujours présent dans chacun de notre sac :ce miroir passe et efface ce que l'on vient de voir : encore une remise en question. En effet, Jésus, Lui,est le meilleur miroir du Père, celui qui éclaire tout homme en venant en ce monde. L'aveugle-né nous enseigne que Jésus, est le miroir du Père qui écarte la cécité des yeux de ceux qui ne voient pas et de ceux qui reconnaissent en lui l'envoyé du Père comme dit le vieillard Siméon : "Maintenant,Seigneur,tu peux laisser aller ton serviteur en paix...mes yeux ont vu le salut ".

Seul, l'aveugle ne pouvait voir le Christ, miroir du Père. Le Christ a dessillé les yeux de l'aveugle,qui a vu dans le Christ le miroir du Père.Merveilleux remède contre la nature. Car, les yeux n'étaient pas simplement malades, mais ils manquaient la lumière.Il n'etait pas devenu aveugle, mais il était aveugle de naissance donc ténèbres de naissance ou encore pécheur de naissance qui n'avait rien à enseigner aux pharisiens tout simplement, son corps était infirme, et la nature corrompue : donc il avait doublement besoin de lumière, lui qui n'avait pas rougi de sa nudité.

L' aveugle-né était assis,couvert par la foule comme d'un vêtement, nu en raison de son extrême pauvreté, privé de la vue que donne la nature,il était assis sans réclamer à aucun médecin pour guérir ses yeux parce que son infirmité était contraire à la nature humaine et n'avait sans doute besoin d'aucun remède mais, à la grande surprise,l'artisan Jésus vient et reflète dans le miroir l'image : Jésus voit la misère de l'aveugle assis là, et demande l'aumône il lui rétrocède ainsi, sa liberté, son identité et rétablit en même temps sa nature corrompue.

Que le Seigneur accompagne les chrétiens du 21è siècle qui veulent vraiment voir Dieu dans le respect des principes élémentaires afin de sauver les vies humaines dans ce retour à la proximité familiale bien fragile, longtemps rompue par les réseaux sociaux pour une vraie remise en question de nos relations sociétales : allons tous à Pâques en compagnie du Christ vraie Lumière .

Amen

Père Narcisse Clameur,vicaire paroissial.